Les Arbres de Connaissance – Gingo

PRINCIPES GENERAUX

Concept et outil informatique nés au cours de la mission confiée à Michel SERRES, Michel AUTHIER, Pierre LEVY dans le cadre de "l'Université de France"

I Principes - II Fonctionnement - III Architecture - IV Acteurs

 

Mettre en valeur toutes les connaissances des individus, des plus humbles aux plus ardues, créer de nouveaux rapports aux savoirs, susciter de nouveaux liens sociaux basés sur de nouvelles reconnaissances identitaires au sein des multiples communautés... Mais aussi créer, en temps réel, une vision claire et dynamique des richesses humaines d'une communauté (entreprise, école, association, territoire …) dans toute sa complexité. Tels sont les objectifs des "Arbres de Connaissances" Qui peuvent d'ailleurs s'appeler suivant le domaine où ils s'appliquent "Arbres de compétences", "Arbres des ressources", "Arbres des besoins" "Arbre documentaire", "Arbre d'analyse industrielle" etc.

"Gingo" est l'outil informatique qui permet de réaliser la cartographie des connaissances, compétences, ressources…; d'une communauté (outil réalisé grâce à une invention mathématique majeure de Michel AUTHIER d'où est né un algorithme spécifique). Cette carte, "l'Arbre", représente la synthèse des informations des organisations et leur évolution permanente en fonction des transactions. C'est un système de repérage et d'évaluation indexé sur les usages. Cette représentation est dynamique car tout ajout ou suppression d'information modifie la carte.

Gingo rend visible le capital humain d'une communauté. Ce faisant, il permet une meilleure visibilité de l'organisation dans son ensemble, tant sur les plans humains, productifs, financiers que stratégiques. Il permet de gagner du temps dans l'exploitation de ces données. Et ce en particulier chaque fois que l'ensemble des données est du domaine de la complexité, tant par la diversité des ressources que par celle de leurs liens.

A partir de cette carte d'un nouveau genre, s'ouvre la possibilité d'une intelligence collective et distribuée. C'est la vision partagée qui rend vivante cette logique collective en évolution permanente.

Si à l'origine Gingo a été conçu pour cartographier les compétences ou connaissances d'une communauté, très rapidement il a trouvé un usage dans toutes les organisations où la visualisation des ressources, quelles qu'elles soient, est la condition clef au développement de cette organisation, que ce soit dans son ensemble et/ou pour chacun de ses membres (Education, formation, entreprises, associations, emploi, insertion etc..). Il rend logique et presque évident le partage des responsabilités. Quel qu'en soit son usage, Gingo facilite

- un pilotage des actions par chaque membre de la communauté selon les objectifs de l'organisation,

- une plus grande responsabilité individuelle et collective des acteurs,

- un renforcement de l'autonomie personnelle et du développement individuel des talents,

- une meilleure et plus facile communication entre collaborateurs d'un même projet,

- une mutualisation des compétences.

Bien utilisé, Gingo peut être un outil majeur de la cohésion de l'organisation. En effet une cartographie simple et dynamique d'un système d'informations permet à chacun d'en comprendre l'ensemble et de s'y inscrire. Cette inscription est active : l'utilisateur construit une représentation qui tient compte des pratiques de tous et sa propre pratique enrichit la collectivité.

Passer de l'administration des ressources humaines à la valorisation des richesses humaines.retour plan

Principe généraux de fonctionnement retour plan

Les arbres sont constitué d'éléments appelés brevets. Chaque brevet représente et définit soit une compétence, soit un besoin, soit une ressource, soit une prestation, soit une caractéristique… suivant le domaine dans lequel il s'applique. Dans notre cas, il s'agira de services (ou de prestations). Ils seront constitués soit par les propositions des prestataires, soit par les demandes de la population (services encore inexistants).

A chaque individu (qui peuvent aussi être suivant l'utilisation des organismes, voire même des projets) est associé une liste ordonnée de brevets qui constitue son blason et qui l'identifie. Dans notre cas, suivant l'option choisie, les individus pourront être soit chaque membre de la population, soit les prestataires de service eux-mêmes (organisation, entreprises, entrepreneurs individuels)

C'est à partir de ces blasons que Gingo produit automatiquement une carte (l'Arbre) qui apparaît à l'écran sous forme d'un arbre dont chaque brique ou feuille représente un brevet et dont la forme, les couleurs prennent différents sens suivant les lectures que l'on en fait et des opérateurs (index) que l'on utilise. Il rend compte ainsi en temps réel des brevets les plus partagés (par exemple les prestations les plus offertes), de ceux qui ont été le plus sollicités (prestations les plus demandées), des demandes qui ne sont pas couvertes par une offre, des prestations sur lesquelles il existe le plus d'offres d'amélioration ou sur lesquelles il n'en existe pas (proposition de formation, proposition d'informations…), des prestations sur lesquelles il y a des demandes de formation ou d'information…..

L'arbre constitue une représentation des proximités existant entre tous ces brevets. La lecture de sa forme, les indications portées par ses couleurs (6 types d'indices peuvent être activés), les outils de recherche et de simulations, en font une carte dynamique à la disposition permanente de tous les acteurs.

En cliquant sur l'un ou l'autre de ces brevets, on obtient un certain nombre d'informations y afférent.

Une messagerie originale est associée à Gingo. Elle permet une communication souple, rapide et transversale entre trois grands types d'acteurs :

- Les offreurs de compétences (ou de services, ou de ressources…) appelés les "individus".

- Les demandeurs de compétences (ou offreurs d'emplois)

- Les transformateurs de compétences (les formateurs et tous ceux qui mettent à disposition des individus des ressources d'apprentissage).

L'usage de cette messagerie se traduit immédiatement dans la carte (couleurs) et donne en particulier la visualisation immédiate à la fois de l'usage des ressources et des besoins de la communauté.

Toute modification (création ou suppression de brevets, modification de l'ordre des listes..), tout usage de la messagerie, sont instantanément prises en compte et il en résulte une modification de la forme et des couleurs.

Architecture du dispositif retour plan

- Gingo serveur. Logiciel installé sur un serveur (PC sous Unix ou Windows NT ou Windows 95) disposant d'accès en réseau (MODEM)

- Gingo utilisateurs : Logiciels installés en différents points de la communauté utilisatrice sur des postes reliés au serveur (réseau interne ou MODEM) permettant à tous les usagers de visualiser et d'utiliser la carte, d'entrer ou de modifier les données, d'utiliser les messageries….

Gingo utilise la base de données ORACLE

Les 4 types d'acteurs et leurs fonctions retour plan

Dans l'utilisation que nous proposons, nous modifierons quelque peu la définition de chacune de ces fonctions (voir le document).

L'utilisation de l'Arbre varie suivant la fonction qu'on y occupe et par laquelle on rentre dans le dispositif :

Administrateur : Il gère l'arbre, crée les utilisateurs, les structures… attribue les fonctions, peut créer ou supprimer des brevets, utiliser la messagerie etc.

La communauté proprement dite

Individu : Ce n'est que comme individu que l'on apparaît dans l'arbre (qu'on y a un blason). Même si on est organisme, projet, territoire, service… sachant que derrière chacun de ces termes il y a toujours des personnes. Dans certain cas, des objets physiques peuvent être considérées comme des personnes (forêt, rivière, monument, ouvrage… porteurs d'informations pouvant être source de richesses)

Ce sont les "individus" qui constituent la communauté considérée. Par exemple dans le cadre d'un établissement scolaire les individus peuvent être les élèves ou les profs, ou les deux…ou les projets des élèves... dans le cadre des services de proximité, les individus peuvent être les habitants, ou les prestataires, ou les 2, ou les services (produits par des personnes) etc…).

Ce sont les individus qui s'attribuent ou non les brevets qu'ils jugent pertinents dans le cadre des objectifs de la communauté (intérêt collectif) et dans leur propre intérêt.

Tout "individu" peut donc consulter l'arbre, y visualiser son blason ou d'autres blasons… utiliser la messagerie soit en direction d'autres "individus", soit en direction des formateurs, des offreurs d'emplois etc. Il peut effectuer toutes les opérations d'analyse que permet Gingo (recherches de proximité, simulations, variation des indices etc.) Suivant la charte de la communauté, il peut aussi créer lui-même ses brevets, les modifier ou les supprimer.

L'environnement de la communauté

- Employeur, utilisateur des ressources de la communauté, exploitant : Il dépose des profils constitués par une liste de brevets (banque des profils). Il peut envoyer des messages aux individus porteurs de ses compétences ou ayant un blason se rapprochant du profil demandé (calcul de proximité effectué par Gingo) comme il peut en recevoir des individus. Les profils sont visibles par tous.

- Formateur, expert : Il dépose dans l'arbre les formations, des informations pouvant correspondre à tel ou tel brevet (banque des formations), peut indiquer aux usagers les formations ou informations qu'il propose ou recevoir des demandes des usagers. Un document, un fichier, un site internet peuvent aussi constituer des "experts" (apport d'informations permettant d'optimiser telle ou telle compétence, telle ou telle ressource, tel ou tel service, telle ou telle demande etc…)

A noter : Ceux qui ont à charge de concevoir et orienter la politique d'une collectivité peuvent avoir également accès sous l'une ou l'autre de ces fonctions aux informations produites par la collectivité elle-même ainsi qu'aux outils d'analyse. Ils disposent ainsi en temps réel des éléments d'information nécessaires pour orienter pertinemment leurs décisions politiques et les rendre efficientes.

 

retour plan

suite : Problématique des Services de proximité

CONTACTER L'AUTEUR

accueil