Acheter Eduquer,coéduquer,question de pouvoirs

Eduquer, coéduquer, une question de pouvoirs

60 pages,  épôt légal, janvier 2012
Commande à www.TheBookEditio.com

 On parle beaucoup aujourd’hui de parentalité, de coéducation. Faut-il encore s’entendre sur ces termes.

 Dans cette conférence, Bernard COLLOT pose à sa façon ce qui est pour lui une problématique. Et il la pose en partant des espaces de construction de l’enfant en adulte et des pouvoirs que les différents acteurs éducatifs exercent dans ces espaces.

 Entre l’espace de la famille et l’espace scolaire, l’auteur a choisi la crèche parentale qu’il connaît bien et qui constitue pour lui un lieu où la coéducation est possible.

 Pour arriver à la coéducation dans l’école, de nombreuses remises en question devront être faites. - JV

Retour sommaire des livres

EXTRAIT de la conclusion

Les espaces institués, et en particulier l'école, sont constitués en systèmes (système éducatif). Il n'est pas possible de ne pas se poser la question de la validité de ces systèmes quant à leur efficience éducative, dans le sens défini dans cet exposé. Il faut bien reconnaître, en particulier pour l'école qui occupe un espace/temps majeur dans la vie de l'enfant, que le système et les principes sur lesquels il se fonde, n'est pas conçu pour être "éducatif", encore moins coéducatif. Il est tout à l'honneur des enseignants de tenter de prendre en compte l'enfant dans sa globalité et la continuité de sa construction dans un système qui n'est surtout pas fait pour cela. C'est un peu comme si tout le monde s'épuisait dans un bocal sans voir le bocal qui enferme.

Il faudra bien, et le plus tôt serait le mieux, remettre en cause et revoir de fond en comble tout un système éducatif qui ne cesse de démontrer qu'il est... anti-éducatif. Il n'empêche que, dans l'urgence, il est toujours possible de transformer les microsystèmes constitués par chacun des espaces institués dont nous avons parlés.

C’est bien la façon de concevoir l’enfant, son développement et ce qui contribue à son développement sur tous les plans (physiologique, psychologique, cognitif, civique) qui permet de concevoir et de réaliser la coéducation.

Elle ne va pas de soi. C’est même une aventure. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, une fois instaurée, une fois mises en place les modalités pour qu’elle soit effective, elle rend bien plus facile l’acte d’éduquer dans des espaces communs, que l’on soit professionnel ou parent. Ne serait-ce que parce qu’il y a alors un partage des responsabilités, une diminution de la pression sur les professionnels, une acceptation plus grande du partage par les parents. Les pouvoirs ne s’opposent plus mais convergent.

Et j’ai envie de conclure avec un beau proverbe : « Il faut un village pour éduquer un enfant » auquel je rajouterais, il faut des enfants pour éduquer un village.