Pratique en classe unique (en classe hétérogène, multi-cours, multi-programmes, multiâge, à plusieurs cours ....)

Je débute : une priorité, la tranquillité

Bernard COLLOT (Article paru dans la revue "École rurale, école nouvelle" n°12 - 1997)

accueil

Lorsqu'on arrive dans sa classe pour la première fois, et même si cette première fois est la 5ème ou la 15ème, on a l'impression qu'il va falloir tout engager à la fois. La lecture, les math, le programme, des progressions, les futures évaluations… bref, tout se bouscule dès les premiers jours. Dès les premiers jours on voudrait que la classe soit déjà ce qu'elle sera tout au long de l'année. Prenez d'abord le temps. Cet indispensable temps sans lequel rien ne sera possible. Et prenez le pour que s'instaure l'élément indispensable qui permettra tous les possibles : LA TRANQUILLITE.

Personne, adulte ou enfant, ne se lancera efficacement dans un apprentissage quelconque hors de la tranquillité. C'est elle seule qui permettra la disponibilité. Il n'y a pas besoin de " sortir des sciences de l'éducation " pour comprendre cela, ce n'est que du simple bon sens. Mais Lorentz l'a déjà dit il y a longtemps "tous les animaux cessent d'être en situation d'apprentissage dès l'instant  où ils sont sous le stress" ("L'avenir est ouvert" - Flammarion)

Mais arriver à ce que s'instaure la tranquillité dans le groupe qui va vivre 9 mois ensemble n'est pas aussi simple que cela. Cela l'est encore moins quand on se retrouve dans une écoles à 5 ou 6 classes ou plus, quand il n'y a pas de place ou que les locaux sont réduits à un parallélépipède d'une cinquantaine de mètres carrés, ou que toute une école explose au moment de la récréation dans la même cour goudronnée. Alors il va falloir faire preuve de toute son ingéniosité pour essayer, malgré tout, de créer une oasis où la tranquillité sera la plus grande possible. Et savoir que vous perdrez votre temps (et le leur) à vouloir qu'un enfant ou un groupe tendu et excité rentrent dans un processus d'apprentissage quelconque. La première tâche, le premier travail professionnel d'en enseignant est donc d'arriver à la quiétude ; cqfd !

alors sortez !

Pendant longtemps, le premier jour de la rentrée je ne rentrais pas en classe. Nous allions pique-niquer. D'une part cela atténuait la rupture entre la liberté d'action, de mobilité, d'autonomie de la période de vacance et les contraintes physiques, d'espace, d'horaires, de promiscuité inhérentes à la période scolaire. D'autre part cela permettait au groupe de se trouver ou de se retrouver dans un espace non fermé dans une activité commune ne nécessitant ni préparation, ni organisation, compliquée, qui n'était liée à aucune astreinte scolaire et dont j'étais sûr qu'elle rallierait l'enthousiasme de la quasi totalité de l'effectif. Le trop plein d'énergie (ou d'excitation) des uns ou des autres pouvait se diluer dans un espace non borné qui pouvait en atténuer les conséquences. L'angoisse des uns ou des autres pouvait trouver plus facilement la main d'un autre ou celle du maître (ce dernier pouvant aussi trouver plus facilement la main de ceux qui en avaient besoin et y consacrer son temps). Nous y disposions de tous les éléments naturels qui ont un pouvoir d'apaisement (les fleurs, un insecte qui capte la curiosité, le chant d'un oiseau, un ruisseau où on va patauger...) ou qui provoquent des comportements d'entraide. Il y était plus facile de nouer ou de renouer ses premières relations... ou d'en fuir d'autres. Bref, je n'éliminais pas les excités mais je plaçais tout Je monde dans un milieu moins explosif.

Ce qui m'amène à un premier truc facile : Vous sentez que cela ne va pas dans la classe qu'il y a trop de tensions ? Alors sortez. ! Quittez pendant une demi-heure, 1 heure, 2 heures .... la salle de classe, l'emploi du temps, les règles scolaires, les places assignées .... même si c'est le matin, même si c'est alors que des " matières " très sérieuses sont programmées. C'est en restant que vous perdez votre temps. Le match de foot sur le stade peut très bien avoir lieu à 10 heures ! Tous ceux qui vont à la piscine le matin ont constaté que l'après-midi se déroulait beaucoup mieux. Et la piscine n'est pourtant pas un lieu très favorable à la quiétude ! C'est vrai que ce n'est pas à l'IUFM qu'on apprend à se promener. C'est donc sur le tas que vous apprendrez à " conduire " un groupe en promenade dans le seul but qu'il retrouve son équilibre.

Lorsqu'il y a trop de tension, c'est de l'énergie qui doit s'exprimer, se libérer. Conduisez alors cette libération, aidez-là plutôt que de la laisser exploser au moment de la récréation où elle s'ajoutera à celle des autres classes. Toutes les techniques des arts martiaux, du yoga, de la sophrologie, du do-in …. sont bien utiles. Transformez les hurlements en une activité. Ils ne gêneront alors plus personne, libéreront le trop plein. Faites grimacer et transformez les grimaces en jeu. Jouez à rire, à pleurer, à chuchoter, au lieu d'être les armes de l'agressivité elles deviendront celles de l'expression.

Que la classe devienne "chez nous"

L'essentiel de mes premières journées ou premières semaines était consacré à nous installer. Que la classe devienne " chez nous". Ah les petites écoles qui disposent de la place ont de la chance. En multipliant les coins, en brisant l'espace vous brisez aussi les interpellations directes et croisées qui font monter l'agressivité. En multipliant les " choses " à respecter en tant que telle (des plantes, un aquarium, une lampe de chevet, la présence d'un chat...) vous étendez ce respect à l'ensemble du groupe. Tachez de trouver un coin avec un prétexte où un ou deux enfants pourront s'isoler (un coin de couloir, sous un escalier, un vieux cagibis...). Peu importe s'ils n'y font dans l'immédiat pas grand chose de scolaire.

Trouvez toujours quelque chose de différent à faire faire à l'enfant agressif et tendu plutôt que de l'obliger "à suivre" ce qui renforcera encore son agressivité et ne lui rapportera rien. Si ce quelque chose de différent n'est pas très scolaire à vos yeux ne vous inquiétez pas. La seule chose qui compte est qu'il s'y intéresse et que vous vous y intéressiez.. Non seulement tout le monde y gagnera, mais son intérêt dissoudra sa tension et il sera sans s'en rendre compte dans un processus d'apprentissage. Jean a peint des jours entiers, Daniel a bricolé des jours entiers, Nicolas a jardiné des jours entiers et peu à peu ont accepté ensuite de participer tranquillement avec les autres.

utilisez la musique, les couleurs, les odeurs..

Utilisez la musique : rentrer le matin dans un local où il y a de la musique change souvent beaucoup de choses. Il y en avait souvent dans ma classe. Il arrivait parfois que la cassette d'ambiance tourne toute la matinée.

Utilisez les odeurs, les couleurs ; un bâton d'encens au parfum bien choisi a des pouvoirs étonnants comme le mariage des couleurs des panneaux d'affichage qui ne devrait pas être laissé au hasard. Et même si le vase ou les vases de fleurs doivent être cassés plusieurs fois, persévérez jusqu'au moment où plus personne ne pourra s'en passer.

N'obligez pas tout le monde à rentrer ensemble, au commandement de la sonnerie (supprimez celle-ci, elle provoque une montée d'adrénaline chez les plus stoïques). La rentrée échelonnée c'est comme le réveil individuel en Centre de Vacances.

Installez un atelier terre important. C'est bien connu, le contact avec l'argile est apaisant. Un atelier terre où l'on puisse vraiment brasser de l'argile (si vous avez une tuilerie pas loin, aller récupérer les tuiles mal formées en bout de chaîne).

Essayez de mettre en place assez tôt des ateliers peinture, lecture plein de BD, légos, jeux individuels où l'on peut se réfugier, même si c'est pour éviter les maths qu'on n'aime pas.

Faites construire des marionnettes à gaine individuelles et laissez-les aux enfants : celle-ci deviendra pour certain un confident permanent qui " ramassera " tout ce qu'on ne peut pas adresser aux autres et à vous-même.

Faites, dehors, régulièrement du théâtre libre. Si possible pas à l'intérieur où les murs renvoient et amplifient les tensions qui se libèrent.

N'exigez que de petites choses et peu dans les premières journées. N'exigez d'abord d'un enfant que ce dont vous êtes sûr qu'il pourra faire facilement. Vous éviterez la double impasse qui fait monter la colère : la sienne et la vôtre. Ne vous lancez pas trop tôt dans les grandes activités collectives : elles exigent qu'une organisation soit en place, que des repères soient perçus pour se dérouler tranquillement. Laissez cette organisation ces repères se mettre en place peu à peu.

Jusqu'à ce que la classe, si possible l'école devienne un lieu tranquille, jusqu'à ce que tout le monde ou presque se mette à aimer la tranquillité. Alors, seulement alors, vous pourrez faire de la pédagogie penser beaucoup plus aux programmes. A moins que jusqu'à ce moment, vous ayez justement fait de la véritable pédagogie.

Ouvrons ensemble ce dossier

Je sais bien que pour la plupart, dans vos 50 m2, sans espace, s'ouvrant sur un couloir rectiligne où s'engouffrent plusieurs fois par jour selon les sonnerie des hordes d'enfants , coincés entre d'autre classes où le souci est l'ordre et la discipline, la contrainte et la sanction, avec une cour de récré coincée entre des HLM sans le moindre brin d'herbe, avec des règlements sécuritaires, un directeur sécuritaire, qui ne font que rajouter au stress, avec la menace d'inspecteurs attentifs surtout à la tenue des cahiers et à la qualité des exercices, je sais bien qu'atteindre dans ces conditions un semblant de tranquillité semble relever de l'ordre du rêve. Pourtant sans elle rien n'est vraiment possible. Ses conditions d'existence devraient faire le premier objet de nos revendications, le premier objet des travaux d'un conseil d'école.

En attendant, il faut tenter de trouve des " trucs ". Ces colonnes vous sont ouvertes. Les problèmes, les difficultés, des solutions, des demandes, des trucs .... bref ouvrons ensemble ce dossier.(*)

Bernard COLLOT

(*) L'appel a échange était fait en direction des colonnes de la revue "École rurale, école nouvelle" maintenant arrêtée. Il peut être toujours valable pour le site des classes uniques.(http://marelle.org/clauniques/pratiquesomm.htm)

sommaire

 

 

 

 

 

 

 

pratique pédagogique, pratique de classe,, classe unique, classes uniques, multi-cours, multiprogramme, multi-programmes, mukltiâge, multi-âges,, cours multiples, pédagogie freinet,, pédagogies nouvelles ou modernes, organisation, conseils aux débutants,